Capricieuse Paris

Publié le par La Noiche

Bon... moi j'dis que des fois la vie, elle chie grave ! 

Certes, c'est moins poétique que les lois citées par Le Noiche pour expliquer des enchaînements d'évènements négatifs (lois de Murphy et de Finagle) ici.

Mais c'est quand même assez réaliste, parfois. Je citerais aussi, le général de Gaulle : "les merdes volent en escadron".

Ceci dit, tant que c'est des dégâts matériels c'est quand même relativement pas grave, mais relativement lourdingue.

Surtout quand ça arrive à des personnes épuisées après deux mois passés à organiser et réaliser un déménagement.

Donc hier, nous sommes partis pour récupérer "Paris" (prononcer "Parisse"), la voiture top model, pour partir faire une tournée des popotes en Ile-de-France.

J'sais pas pourquoi, une intuition, une sorte de 6ème sens féminin, ou une vision transcendantale inspirée par une puissance supérieure... VA SAVOIR ??? mais, je sentais bien que quelquechose n'allait pas se dérouler comme prévu.

Déjà, tu te tapes une heure de transports en commun bondés pour arriver au parking près de chez toi, tu arrives en eaux, tu es content. Mais bon ça c'est le lot quotidien, ça fait partie du "package" que tu acceptes quand tu viens à Paris pour travailler.

On descend donc au parking, "Paris" est là, elle nous attend, on dégaine nos clés... et là.... rien !

Rien de rien ! plus d'ouverture centralisée (on arrive quand même à ouvrir mécaniquement), plus aucun voyant allumé, plus RIEN ! Batterie complètement à plat...

On va chez le gardien du parking qui a l'habitude de ce genre de mésaventure et vient à la rescousse avec un générateur portable étudié pour... 
On branche... et là... RIEN !
Alors on rebranche... et là... RIEN !!!!

Ouh, punaise elle est capricieuse Paris (comme tout top model)...
Alors on s'est mis à pousser (avec le gardien) la voiture dans le parking... et là RIEN !!!!!!
Au bout de 5 ou 6 tentatives....... TOUJOURS RIEN !!!

Bref... Nous voilà donc partis à la recherche d'une batterie neuve dans un Paris où aucun commerce n'en vend, à part les stations essence. On fait plusieurs stations sans trouver la batterie adequate.
Il commence à pleuvoir (la cerise sur la gateau)
On prend le tramway pour remonter les maréchaux à la recherche d'une quelquonque station essence ouverte... On finit, desespérés, par arriver chez Esso... et là, miracle !! Ils avaient la bonne batterie ! (qui dépend de la marque, du modèle et de l'année).

Alors on reprend le tram, il pleut toujours, on redescend dans le parking... On emprunte les outils du parking, et là, mon homme s'est transformé en super-mécano... muscles saillants et t-shirt blanc moulant... il ne manquait pas grand chose pour qu'on se croit dans une pub Coca-Cola Light ou Axe !

A l'occasion, on a découvert des gens vraiment sympas :
- le gardien du parking, un pied-noir un peu mysogyne, mais le coeur sur la main
- un motard qui achetait des bières dans une station BP, et qui a eu pitié de mon regard de cocker malheureux
- Michel, le patron du bar d'en face qui nous a prêté gentiment une clé de 8 et une clé de 12, juste ce qu'il nous fallait pour démonter la voiture
- et "l'expert au chapeau", un client du parking passionné de mécanique qui est arrivé juste au bon moment pour nous donner les bons conseils (d'electricité notamment) pour enlever et mettre en place la batterie !

Quand, à 21h (on était arrivés à 18h), le moteur de "Paris" a ENFIN démarré, on a été trop soulagés.

Et puis la pression est retombée... plus d'adrénaline, plus d'énergie, RIEN...
Et on avait faim
Et il pleuvait des trombes d'eau
Et mon Bensimon étaient imbibées d'eau
Et on était trempés
Et on était exténués
Et il était trop tard pour faire la tournée des popotes...
Et les restaurants étaient complets
Et même le McDo était bondé

On est allés manger
Et puis, courageusement, on est allés jusqu'à Nogent pour récupérer des affaires propres, et puis on est revenus à Porte de Versailles pour garer Paris, et puis on a repris le métro jusqu'à Convention, et puis on a marché sous la pluie du métro à l'appart, et puis mes Bensimons n'arrêtaient pas de glisser (on a frolé de finir la nuit aux urgences pour cause de jambe cassée)...

Quand, à minuit et demi, on est ENFIN arrivés à l'appart, le temps d'une douche chaude, et nous étions déjà couchés, avec juste la force d'articuler un "PUTAIN MAIS QUELLE JOURNEE DE MERDE !!!"

Quand tout ça t'arrive alors que tu tires sur la corde depuis des semaines pour ton déménagement et que tu es devenu insomniaque, c'est vraiment au dessus de tes forces d'affronter tout ça.

Heureusement, on était ensemble et, nous complétant l'un l'autre, on a formé une bonne équipe... Avec juste ce qu'il faut d'humour pour traverser tout ça sans trop de souci...

Publié dans La vie - la vraie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Noiche 27/06/2007 13:36

Mouais... saleté de top model capricieuse...

Elle se laisse pas apprivoiser facilement, la "Paris" !

coco 26/06/2007 14:51

c'est peut-ètre son nom (à la top model ) qui vous a fait traverser Paris , à pied , sous la pluie...faudra lui demander son avis....pas facile le choix d'un prénom...!!! AH ! AH ! AH!
bizarement , je me suis sentie plus proche du Général que de Murphy et Fingale....
enfin souhaitons que la top model ait fini ses caprices pour la prochaine soirée !!! biz